Où passer de bonnes vacances avec ses enfants : Partir en Norvège

  • Les vacances et la période d’été sont souvent l’occasion de sortir de chez soi, de partir ailleurs, d’aller rencontrer d’autres paysages, de vivre autrement, de faire d’autres choses. Et l’idéal, c’est que cet ailleurs soit à la fois lieu de découverte et de ressourcement ; c’est que tout le monde y trouve son compte et s’y sente bien. Partout sur la terre, on peut rencontrer des gens merveilleux à l’accueil chaleureux et au cœur grand ouvert. Mais certains pays sont, a priori, vraiment plus faciles à vivre quand on a des enfants. C’est, entre autres, du fait de cette intime conviction que nous sommes partis en Norvège cet été. J’y avais vécu il y a vingt ans, Sigrid avait plusieurs fois évoqué le mode de vie là bas. Et nous n’avons pas été déçus.

    Partout, des aires de jeux et des accueils pour les familles

    Prendre l'avion avec des enfants où passer de bonnes vacances en famille en Norvège Parents à ParentsPrenez l’avion en France : pas d’accès ni de file d’attente pour les familles, les enfants n’ont qu’à bien se tenir, coincés qu’ils sont entre un paquet d’adultes dont ils ont les fesses à hauteur du visage.

    Dans d’autres pays, comme en Algérie par exemple*, il y a des accès rapides pour les familles lors du passage aux douanes et on nous a souvent proposé d’utiliser les files réservées aux classes affaires lors des enregistrements.

    En Norvège également, mais c’est encore mieux : un accès spécifique, avec vérification des bagages et passage aux douanes, est réservé aux familles. Et ce n’est pas tout : dans les salles d’embarquement, il y avait des aires de jeux en forme d’avion ! Vous comprenez que depuis notre retour, nos enfants demandent « quand on reprend l’avion pour la Norvège »
    Prendre l'avion le train avec des enfants où passer de bonnes vacances en famille en Norvège Parents à ParentsD’autant que des aires de jeux, il y en a partout : dans les jardins publics bien sûr, mais aussi dans les gares, dans les bateaux, et dans les trains : lors de chacun de nos déplacements, nous avons bénéficié d’un wagon spécial famille, avec des rangées très larges et des aires de jeux de la taille de notre salon, avec échelles d’escalade, tunnel, coussins, livres, jeux,… C’est ainsi que nous avons pu passer presque sept heures puis cinq heures d’affilée dans le train sans que nos enfants ne s’ennuient ni se chamaillent. Cerise sur le gâteau, par la fenêtre, les paysages étaient magnifiques et variés.

     

    Un bel accès à la nature et à ses habitants

    La Norvège, nous y allons bien plus pour les paysages que pour les villes. Ça tombe bien, c’est ce qui touche et convient le plus les enfants. Nous avons passé quelques jours merveilleux dans un chalet sans eau courante, au bord d’une rivière, tout près d’un lac magnifique, au bord de montagnes partiellement enneigées qui ont suscité de multiples envies de balades. L’une d’entre elles nous a conduits jusqu’à une jolie ferme pédagogique. Bien nous en a pris ! Comme partout dans le monde ou presque, les animaux étaient dans des enclos. Mais les clôtures étaient basses et surmontées d’échelles faites pour que les enfants puissent rejoindre les animaux. Les nôtres ont beaucoup aimé cette expérience. Pour un norvégien, c’était naturel : comment une ferme pouvait-elle être pédagogique si enfants et animaux n’avaient pas de réelles interactions ? Rentrer dans les enclos, c’est pourtant rarement possible dans les fermes pédagogiques en France, il me semble.

    Une bienveillance inscrite dans l’ADN du pays

    voyager avec ses enfants en Norvège Parents à ParentsAvec la Suède, la Norvège fait partie des premiers pays à avoir voté la loi contre les châtiments sur les enfants. En partant là bas, nous imaginions donc vivre moins de scènes de violence qu’en France. Ce fut le cas : notre expérience n’est pas statistiquement représentative mais nous n’avons pas assisté à une seule scène de cris, d’humiliation, de violence, ni de punition.

    Beaucoup de gens se gaussent en France, arguant que sans fessées, sans punition et sans humiliations, les enfants font n’importe quoi et prennent le pouvoir. Voyant toute relation humaine comme le jeu et le résultat d’un rapport de force, ils n’imaginent pas de communication sans gagnant et sans perdant. L’expérience scandinave et les études réalisées sur le sujet montrent pourtant le contraire : éduqués sans violence, les enfants n’ont pas besoin de mentir (ils n’ont pas à craindre coups et représailles), ils n’ont pas besoin de se rebeller ni d’exercer de violence (puisqu’ils n’en subissent pas) et ils peuvent développer leur altruisme et leur bienveillance innées (car contrairement aux préjugés qui ont la vie dure en France, de nombreuses études montrent que la nature humaine est bonne… tant qu’elle n’a pas été contrariée). Comme ils sont respectés pour ce qu’ils sont et pris en considération, ils ont moins besoin de crier, de vivre des crises de colère de compensation,… Et comme les parents sont accueillis avec sourire et bienveillance quand ils arrivent quelque part avec un enfant (c’est plutôt le contraire qui se produit), ils sont plus détendus et leurs enfants le sont aussi, automatiquement.

    Ce qui peut paraître secondaire ne l’est pas : nous nous sommes vraiment sentis en paix là bas. Car porter en nous l’évidence qu’être non-violent avec nos enfants est aussi naturel que l’être avec notre conjoint, notre famille et nos voisins, ce n’est pas toujours simple quand notre environnement va dans le sens contraire. Et il est bien plus facile d’adopter une attitude non-violente quand l’environnement est adapté aux enfants et à leurs besoins spécifiques et que les adultes autour de nous partagent notre intime conviction !

    Du coup, nous rêvons d’y repartir un jour. De votre côté, où vous êtes-vous sentis bien avec vos enfants ?

     

    *N’hésitez pas à citer ceux que vous connaissez en commentaire

    n.b. : Cet article n’évoque pas les aspects financiers d’un tel voyage. Pour ne pas évincer totalement le sujet, je tiens à souligner que la vie en Norvège, de prime abord, est chère, très chère pour un français aux revenus modestes.

    • L‘alimentation coûte cher, on ne trouve pas aussi facilement qu’en France des légumes et des fruits sains, locaux et bon marché. Le poisson est délicieux et pas dispendieux.
    • Bien que le pays soit un gros producteur de pétrole, l‘essence et le gasoil sont très taxés, ils ne sont pas meilleur marché qu’en France.
    • En revanche, dans les villes que nous avons traversées les transports en commun étaient gratuits pour les enfants accompagnés par un adulte, de même que les trains que nous avons pris. Le prix des billets de train nous a semblé bien moins élevé qu’au Royaume Uni par exemple, ou en France avec le TGV. Avec trois enfants, de tels trajets en train auraient coûté bien plus cher en France, et nous n’aurions pas eu le confort d’un super wagon familial à la fois calme et joyeux.
    • Les musées proposent des tarifs familiaux, le billet famille est moins cher qu’une entrée pour deux adultes. C’est donc intéressant !
    • En outre, si les hôtels sont chers, on trouve des chalets, des « rorbus » et des auberges de jeunesse très propres, agréables et bon marché.

    gaëlle Brunetaud-Zaïd

    Pour aller plus loin
    Hors Cadre Parents à Parents Hommes et BienveillanceRegards croisés sur le sommeil : en finir avec ses soucis de sommeil, sommeil bébés, ados, adultes, insomnies, peur du soir, réveils nocturnes, cauchemars pour Parents à Parents

    06 Août
    06 Août
  • Voyager en famille, avec ses enfants, pendant six mois, un…

    23 Avr
    23 Avr

Nous répondons au plus vite, en général sous 24h.

Merci de nous avoir contacté, à très bientôt !

Enter a Name

Enter a valid Email

Message cannot be empty