Apprendre en suivant ses aspirations

  • A l’école Decroly* de Saint Mandé, les apprentissages se construisent à partir des centres d’intérêt des enfants, qui naissent de leur curiosité et de leurs motivations spontanées. Cette école publique et gratuite, unique en France**, accueille 350 élèves de la maternelle à la fin du collège. Rencontre avec Simon Augé, enseignant en grande section de maternelle et ancien élève de l’école.

    A la fin de l’automne, trois enfants de cinq ans sont revenus de récréation enthousiastes : « On a vu un arbre énorme, on n’arrive pas à en faire le tour avec nos bras tous les trois ! » Ils ont guidé la classe vers l’arbre en question et une discussion s’est engagée : combien ces arbres étaient énormes en hauteur, qu’est ce qu’il était possible de mesurer – pas la hauteur inatteignable, mais la largeur- et avec quels outils. Un enfant a parlé d’un mètre mais au fond, personne ne savait bien ce dont il s’agissait. Alors un autre a eu une idée : mesurer en Kapla.

    Les enfants ont fait le tour des arbres à pied. En définissant la circonférence, ils ont fait du vocabulaire. En mesurant les arbres et en comparant les mesures, ils ont fait des maths. Et en donnant des noms aux arbres, ils ont fait du français. Puis le contenu pédagogique élaboré à partir de l’intérêt suscité par « l’arbre énorme » a été écrit et modélisé sur une grande bande de papier qui a été affichée dans la classe, reprenant tous les arbres de l’école avec leur nom et leur mesure en kapla. Car la pédagogie Decroly*, pour l’enseignant, c’est cela : rebondir sur les intérêts des enfants pour les transformer en pistes de travail dans toutes les disciplines scolaires.

    Pour Simon Augé, cela demande d’être curieux, très à l’écoute des enfants, avec une grande capacité à s’adapter à ce qu’ils vivent. C’est stimulant, riche et merveilleusement vivant !

    Aller au bout de son intérêt

    expérience à l'école Ecole Decroly Pedagogie nouvelle apprendre en suivant ses intérêts Parents à ParentsAinsi, dès les premières années, les enseignants aident les enfants à aller au bout d’un intérêt, à faire des choix, à penser et agir par eux-mêmes. C’est ainsi que les projets de groupe naissent : un enfant arrive avec une idée, un désir. Parfois, il concrétise son projet seul, mais quand des intérêts émergent de plusieurs enfants, tout le groupe classe peut être entraîné dans ce qui devient un projet collectif.

    Ainsi, tour à tour et sans qu’ils y soient jamais forcés, les enfants sont moteurs dans une activité ou bien se rallient aux initiatives des autres. Cela les amène naturellement à échanger ensemble et à coopérer.

    Personne ne ressent le stress de la réussite scolaire. On peut passer des journées entières sur des pistes qui n’aboutiront pas à un apprentissage formel quand on a douze ans pour parcourir le programme scolaire ! Et malgré ces détours, les élèves qui quittent l’école à la fin de la troisième pour entrer au lycée ne sont jamais en retard.

    Être reconnu et soutenu

    L’école n’a qu’une classe ou deux par tranche d’âge. Petite taille de l’établissement, stabilité des classes, ambiance familiale : tout concourt à ce qu’enfants et enseignants s’y sentent bien. Ils se connaissent d’autant mieux qu’ils ont de multiples occasions de se côtoyer. Les enseignants assurent eux-mêmes la vie quotidienne (repas, récréation). Il n’y a pas de surveillants. Ce temps passé ensemble permet de se connaître au-delà de l’espace de la classe et de développer une relation de confiance avant de se retrouver en classe, parfois des années plus tard.

    classes verts Ecole Decroly Pedagogie nouvelle apprendre en suivant ses intérêts Parents à ParentsSimon Augé a de très bons souvenirs des classes vertes, qui démarrent dès la première année de maternelle dans cette école qui stimule la coopération, la solidarité et le collectif. Il garde une impression plus mémorable encore de ses années de collège. « A l’adolescence, où tout est si intense, c’est fort d’être pris en compte, valorisé, reconnu dans sa singularité et poussé, ainsi, dans la bonne direction ! », explique-t-il. Les relations avec les enseignants sont très privilégiées. La liberté des enfants et des jeunes est immense tout en étant sécurisée par la présence des adultes et le sens dans lequel elle s’exprime.

    Les comportements atypiques sont acceptés tant qu’ils ne gênent pas le groupe. Les enfants peuvent évoluer selon leur individualité, en étant respectés pour ce qu’ils sont. La place de chacun est garantie quel que soit son caractère. Ne pas avoir à se conformer à un modèle, évoluer sans craindre une exclusion du groupe apporte une grande sérénité à tous. Elle permet aussi l’intégration d’enfants différents, porteurs de handicap.

    Une mission pédagogique globale

    Ecole Decroly Pedagogie nouvelle apprendre en suivant ses intérêts Parents à ParentsA Decroly, les classes sont ouvertes, les enseignants comme les enfants vont et viennent et commentent ce qu’ils voient. C’est très stimulant, cela pousse les enseignants à échanger et à réfléchir ensemble. En plus de ces rencontres informelles, le temps de concertation entre enseignants (au moins deux heures de réunion hebdomadaire) est considérable. Il permet de réfléchir sereinement à ses pratiques. Ici, chacun a conscience que la mission pédagogique est globale.

    *Ovide Decroly est un médecin, psychologue et pédagogue belge contemporain de Maria Montessori et de Rudolf Steiner. Il a co-fondé la ligue Internationale pour l’Education Nouvelle et s’est intéressé à toutes les pédagogies innovantes de son époque. Il n’a pas légué de système éducatif abouti car il craignait qu’une synthèse soit rigide et figée alors que l’éducation, par nature, est en perpétuelle évolution. Selon lui, l’enfant perçoit le monde comme un tout, de façon globale. Il reconnaît d’abord les objets et les êtres et analyse ensuite, en fonction de ses besoins et de ses intérêts, les détails et les parties. La méthode globale d’apprentissage de la lecture est une de ses créations.

    **La première école Decroly est à Bruxelles. L’école Decroly de Saint Mandé est née de l’impulsion d’une famille belge qui voulait proposer à ses enfants la pédagogie d’Ovide Decroly en France. L’école Decroly respecte les programmes de l’éducation nationale, mais elle a douze ans pour le faire et elle bénéficie d’une grande liberté sur la démarche d’apprentissage. Faire partie de l’école publique a des inconvénients : l’école est souvent en porte à faux avec l’éducation nationale et parfois en difficultés.

     

    A propos de la pédagogie Decroly

    Ecole Decroly Pedagogie nouvelle apprendre en suivant ses intérêts Parents à ParentsEcole Decroly Pedagogie nouvelle apprendre en suivant ses intérêts Parents à Parents

     

     

    Selon Ovide Decroly, la démarche éducative passe par trois temps :

    • l’observation ( les enfants entrent en contact avec les objets, les faits, les événements, et récoltent des informations qui feront, dans un second temps, l’objet de recherches. Ils manipulent, expérimentent, comparent),
    • l’association (les enfants confrontent entre eux à des acquis antérieurs, et dégagent des liens de plus en plus complexes conduisant à l’élaboration d’une pensée conceptuelle) et
    • l’expression, phase d’appropriation personnelle et de mise en forme du travail réalisé. Elle intervient tout au long des activités d’observation et d’association. Elle concrétise l’aboutissement d’une démarche d’apprentissage et en permet la communication. Cette démarche va ainsi du concret vers l’abstrait. Il s’agit donc d’un enseignement ancré dans la vie d’après une perception globale. La méthode globale d’apprentissage de la lecture est une création d’Ovide Decroly. Dans ses écoles, cette méthode donne d’excellents résultats car elle est cohérente avec toute la démarche pédagogique.

    Les principes fondamentaux de la pédagogie d’Ovide Decroly

    • L’enfant perçoit le monde comme un tout, de façon globale. Il reconnaît d’abord les objets et les êtres et analyse ensuite, en fonction de ses besoins et de ses intérêts, les détails et les parties. «Chez l’enfant, d’innombrables notions ont pénétré sans analyse consciente préalable, sans dissociation voulue», explique Ovide Decroly.
    • L’enfant est accepté tel qu’il est, avec ses besoins, ses intérêts, ses capacités, ses désirs, ses faiblesses. L’autonomie de l’enfant se développe selon ses rythmes et de ses besoins. L’enfant est accepté dans son affectivité, avec ses questionnements et ses démarches.
    • L’enfant construit ses connaissances en valorisant son activité réelle, sans souci de hiérarchisation des disciplines. Le temps est découpé le moins possible, afin de favoriser de larges processus d’intégration des outils de savoir.
    • L’enseignant aide l’enfant à se situer dans une vie de groupe, à travailler avec d’autres, à prendre des responsabilités, à trouver sa place, à discuter les conflits.
    • L’école tient compte de l’évolution de la société, stimule l’esprit critique et approfondit la réflexion pour que l’enfant devienne un adulte autonome et responsable.

    A propos de l’école Decroly de Saint Mandé

    Ecole Decroly être heureux à l'école pédagogie nouvelle alternative Paris Parents à ParentsBien que l’école soit publique, ce sont les parents qui choisissent d’inscrire leurs enfants à l’école Decroly de Saint-Mandé. L’école est ouverte aux familles du département de 11 villes du Val-de-Marne ; les demandes étant supérieures aux places offertes, les enfants sont choisis par tirage au sort. Les motivations des parents peuvent être différentes, mais tous adhèrent à la pédagogie proposée. Parents et enseignants forment ainsi une communauté éducative. Ils défendent ensemble un projet d’école.

    La création de l’école Decroly de Saint-Mandé est issue d’une convergence de volontés de parents et de politiques. Tout a commencé par des réflexions d’enseignants et de parents pendant la Seconde Guerre mondiale. L’impulsion a été donnée par une famille belge qui voulait proposer à ses enfants la pédagogie d’Ovide Decroly en France. L’école coopérative Decroly est née en 1945. Le projet a été soutenu par le physicien Paul Langevin et le psychologue Henry Wallon. Dès l’origine, l’école a été cogérée par les enseignants et les parents. L’établissement a ouvert en 1945 avec cinq institutrices et vingt-cinq élèves inscrits ; ils étaient soixante-quinze en juin 1946 et cent quarante-cinq à la rentrée 1946.
    À la Libération, en 1945, les autorités sont favorables aux expériences d’Éducation nouvelle. En 1948, le ministre de l’Éducation nationale accepte que l’école devienne publique en conservant ses spécificités « decrolyennes ». L’école Decroly est alors devenue une école d’application. Elle accueille les enseignants-stagiaires de l’IUFM.
    Dès l’origine, l’école rassemble maternelle, primaire et collège dans un même lieu ouvert aux garçons et aux filles.
    L’histoire de l’école est ponctuée de moments de joie et de difficultés. Maintes fois, l’Éducation nationale a évoqué sa fermeture, mais, jusqu’à présent, la mobilisation des enseignants, des parents et des élèves a permis de conserver à l’école son statut particulier.

    Ecole Decroly être heureux à l'école pédagogie nouvelle alternative Paris Parents à ParentsUne école alternative au sein de l’Éducation nationale, est-ce possible aujourd’hui ?

    En France, il y a très peu d’écoles maternelles et primaires alternatives dans le public. Les projets innovants sont souvent réservés au collège et au lycée, quand les difficultés les plus fortes apparaissent : ils sont développés pour éviter le décrochage scolaire. Les écoles comme Vitruve, à Paris, ou Decroly ont été créées il y a plus de vingt ans, à un moment où l’Éducation nationale a rendu possibles ces créations. Aujourd’hui, ces établissements résistent face à la pression de faire comme les autres. La plupart des écoles alternatives sont créées dans le privé. D’après Sylvain Wagnon, Professeur Agrégé au département Sciences de l’éducation à l’université de Paris-8 et Docteur en histoire, depuis les années 70, « on assiste à un déclin paradoxal des méthodes actives car l’Éducation nationale a intégré une petite partie du vocabulaire de l’Éducation nouvelle, mais, dans la pratique de classe, les méthodes de l’enseignement traditionnel sont de plus en plus fortes ».

    gaëlle Brunetaud-Zaïd

     

    Photos : Quatre premières : Alix Burle, enseignant en CE1 en 2014-2015. Suivantes : Archives Ecole Decroly.

    Pour aller plus loin

    L’école de l’Ermitage à Bruxelles publie des livrets sur Decroly, traitant de questions qu’il a développées au cours de sa vie.

    L’école de Saint-Mandé propose quant à elle deux ouvrages : Vivre à Decroly (épuisé mais consultable à l’école) et Plaisir d’école (en vente à l’association).

     

    05 Sep
    05 Sep

Nous répondons au plus vite, en général sous 24h.

Merci de nous avoir contacté, à très bientôt !

Enter a Name

Enter a valid Email

Message cannot be empty