Apprendre l’heure le plus naturellement possible

  • Apprendre l’heure, se familiariser avec les différentes notions du temps, c’est toute une histoire. Nos enfants réalisent bien l’impact de l’heure sur nos vies : c’est une vraie contrainte, il faut se dépêcher, encore et encore … et rien de tout ce temps qui passe sur nos horloges n’a de rapport avec la durée ressentie, perçue par nos corps et nos cœurs, nos joies et nos envies. Alors comment les aider à appréhender l’heure ? Avec une belle histoire, et une vraie montre adaptée !

    L’apprentissage naturel du temps et de la mesure

    Un certain nombre d’apprentissages se font relativement spontanément, en s’inspirant des autres ou en observant la nature. Je me rappelle comment ma fille aînée a découvert la mesure, en réalisant, avec ses amis de classe, qu’il y avait des arbres dont on pouvait faire le tour avec les bras, et d’autres qui étaient trop larges pour que ce soit possible – ou bien il fallait s’y mettre à plusieurs. Ensemble, les enfants avaient émis l’idée de tracer ces différences, et de les mesurer, ce qu’ils avaient fini par faire avec des cordes et des kapla.

    Leur enseignant n’avait fait qu’animer les débats, m’avait-il expliqué. C’est ensemble qu’ils avaient trouvé des solutions, et c’est de la même façon qu’ils sont entrés dans la magie de la lecture et l’écriture l’année suivante : en écrivant des phrases qui décrivaient les événements signifiant de leurs vies et dont ils ont cherché à percer le mystère. La lecture et l’écriture ne sont pas forcément « intuitives », mais le fait qu’on trouve des mots partout autour de nous favorise la rencontre avec l’écrit.
    La notion du temps « large », ils l’ont appréhendée de la même façon, en observant la nature. La nuit qui suit irrémédiablement le jour, les mouvements de la lune qu’on voit grandir et rétrécir, les saisons qui passent sous nos yeux : nous sentons les changements sur nos corps et dans nos vies. Mais le découpage du temps dans une journée, c’est une autre affaire.

    Le temps objectif et la durée ressentie

    Quand nous disons à nos enfants « dans dix minutes on part », pour les prévenir, leur permettons-nous vraiment d’anticiper ? Pas si sûr, quand ils sont petits. Est ce qu’en dix minutes on a juste le temps de mettre ses chaussures, d’aller faire dix tours de toboggan ou de faire un grand puzzle ? Le temps ressenti n’a pas de rapport avec le temps objectif, ce qui fait de l’heure un apprentissage un peu compliqué, contre-intuitif. Attendre le bus dix minutes, si on ne parle pas, c’est très long, mais jouer une après-midi entière avec les copains au bois, ça ne semble durer qu’un instant ! Et ça ne s’arrange pas avec l’âge : chercher son enfant dans une foule en craignant l’avoir perdu, même si ça ne dure que deux minutes, ça semble durer une éternité : nous avons le temps d’imaginer mille scenari et de nous faire un sang d’encre.

    Appréhender l’heure de la montre

    Regarder défiler les heures, les minutes et les secondes sur un cadran numérique n’aide en rien : ça ne veut pas dire grand chose tant qu’on n’a pas compris le mécanisme sur lequel reposent ces numéros. Pour apprendre l’heure, il faut une montre à aiguilles. Mais ça ne suffit pas. Je ne me souviens plus comment j’ai appris à lire l’heure, mais j’ai bien vu que ces heures qui correspondent à des minutes, ce « 2h » qui veut dire aussi « 10 minutes » quand il est désigné avec la grande aiguille laissait mes enfants bien perplexes.

    mademoiselle anne apprendre l'heure parents à parentsC’est quoi cette histoire de fous ? Pourquoi on découpe en heure, en minutes, en secondes ? Quand le temps commence-t-il ? Est-ce que l’heure qu’on compte vient de la toute première minute de l’univers ? Nous avons partagé nos interrogations sans trop aboutir. L’une de mes filles s’est d’abord braquée : c’est quoi, cette heure qui veut nous obliger à croire quelque chose qui ne vient pas du début du monde et qui ne correspond à aucun de nos ressentis ? Pourquoi est ce qu’un élément extérieur qui n’a pas de sens devrait imposer des contraintes à nos vies ? Elle aurait bien inventé son heure à elle. Mais ça n’aurait pas été pratique pour arriver à l’heure aux rendez-vous fixés à l’école, au sport ou avec les copains.

    Une vraie montre faite pour apprendre l’heure

    1ereMontreMleAnneC’est dans cette ébullition philosophique et quasi politique que nous avons découvert la montre de Mademoiselle Anne. Dans un petit coffret comme une boite à trésor, la clé de l’heure était donnée : un petit livre à spirales joli et résistant à la taille idéale pour des mains d’enfants, et, dedans, une histoire de course bienveillante entre une tortue, un mouton et un lapin dont les prénoms commencent par la même lettre que Heure, Minute et Seconde.

    L’histoire est aussi simple qu’efficace, vous pouvez vous l’approprier : les animaux organisent une course, choisissent de courir autour d’un pommier puis décident de modifier la taille des parcours pour que tout le monde se retrouve, en tenant compte de la vitesse de chacun. Il faut beaucoup de temps à la tortue pour faire son tour, mais elle a la chance d’être avec un mouton et un lapin pleins de sollicitude qui acceptent de continuer à l’accompagner vaille que vaille, même une fois la nuit tombée. Une fois l’histoire finie, c’était clair pour tout le monde : le plus éloigné du pommier, le lapin court les secondes et à chaque fois qu’il fait un tour le mouton avance d’une minute. Et à chaque fois que le mouton fait un tour complet, la tortue a avancé d’une heure. La tortue n’est pas la plus rapide, mais c’est la plus importante.

    L’histoire va à l’essentiel. Les quarts d’heure sont abordés un peu plus loin dans le livre, avec les jeux, et c’est logique aussi : ils se sont qu’une façon de parler, pas la peine de s’embrouiller avec ça dès le début ! Maman de deux enfants de cinq et huit ans, Anne a trouvé les mots qu’il fallait.

    Nous avons eu un vrai coup de cœur pour cette montre. Autour de nous, ceux qui l’ont vue en ont tous voulu une aussi ! Il faut dire qu’en plus d’être jolie, elle est très cohérente : les heures sur fond vert comme la tortue verte, les minutes en rouge comme l’aiguille et la tête du mouton, et avec les secondes, le lapin tourne et tourne… La première fois qu’il l’a mise à son poignet, mon fils de 3 ans est resté concentré sur la cadran un très long moment, jusqu’à ce qu’il dise « ça y est, je sais ». Il n’est pas encore capable de lire les minutes mais il voit bien comment elles s’articulent avec l’heure. Et pour lui comme pour sa soeur qui a découvert l’heure avec cette montre, j’ai l’impression qu’ils garderont l’impression qu’ils ont réalisé là un apprentissage facile, évident, quasi naturel.

    Une fabrication éthique, durable et locale

    Mademoiselle Anne montre enfant pour apprendre l'heure Parents à ParentsIl y a autre chose que j’aime beaucoup dans cette montre : elle est fabriquée localement, dans le Doubs, dans le fief historique de l’horlogerie et tous ces fournisseurs sont en France. L’imprimeur est à 5km, l’horloger et le fabricant d’aiguilles à 60 km de chez Anne ! En fabricant au niveau local, elle connaît ses différents interlocuteurs et elle s’assure une qualité irréprochable. Ce souci d’intégrité est si fort chez elle qu’en augmentant ses ventes, Anne ne va pas chercher à augmenter ses marges, mais à améliorer encore la qualité : l’un de ses objectifs, c’est de faire faire les bracelets complètement en France, par exemple. Car si cette montre coûte plus chère que les autres faites au bout du monde, il faut savoir que si les produits made in China semblent coûter peu cher en euros ou en dollars, ils ont en fait un coût écologique et social énorme ! Voilà donc un cadeau durable, qui a une belle histoire et que nos enfants pourront garder longtemps : leur première montre, celle qu’ils pourront, qui sait, transmettre à leurs propres enfants ?

    comprendre le temps qui passe balthazar et le temps qui passe parents à parentsEt pour apprendre la notion du temps, un très bon livre ici dans lequel, à chaque événement, l’enfant prend conscience concrètement du temps qui passe. Une frise du temps est pliée à la fin du livre, pour pouvoir marquer les actions et le temps qui passe selon la même démarche que Balthazar.

    « Aide-moi à faire seul » est une collection de livres d’apprentissage interactif qui intègrent la pédagogie de Maria Montessori en appliquant l’un de ses principes fondamentaux : permettre à l’enfant, accompagné par l’adulte, de « faire pour comprendre » et ainsi « l’aider à faire seul ». Balthazar et le temps qui passe, Marie-Hélène Place, Féodora Stancioff et Caroline Fontaine-Riquier, Hatier Jeunesse.

    Pour la commander c’est ici.

    Illustration à la une : Claudia Tremblay

    Vous aimerez sans doute
    Hors Cadre Parents à Parents Hommes et BienveillanceRegards croisés sur le sommeil : en finir avec ses soucis de sommeil, sommeil bébés, ados, adultes, insomnies, peur du soir, réveils nocturnes, cauchemars pour Parents à Parents

    16 Juin
    16 Juin

Nous répondons au plus vite, en général sous 24h.

Merci de nous avoir contacté, à très bientôt !

Enter a Name

Enter a valid Email

Message cannot be empty