Un petit tour en Norvège : comment grandissent les enfants là bas ?

  • Voyage en Norvège, Leandro Lamas pour Parents à ParentsJolie norvégienne arrivée en France à 17 ans pour y faire ses études, Sigrid est restée dans l’hexagone pour y fonder sa famille. J’aime toujours énormément rencontrer des femmes et des hommes de cultures différentes de la mienne : c’est toujours, pour moi, une occasion rêvée de remettre en cause quelques idées reçues, voir le monde autrement, ouvrir mon regard à d’autres perspectives et faire évoluer encore ma conception du monde. J’étais donc ravie que Sigrid accepte de partager avec nous les particularités de l’éducation norvégienne !

    L’éducation à la norvégienne

    Quand elle a été enceinte, Sigrid a passé beaucoup de temps à dialoguer avec son conjoint, un homme d’origine espagnole ayant grandi à Marseille. Il faut dire qu’entre l’éducation à la française et la façon font les enfants grandissent en Norvège, il y avait matière à discussion !

    Le style de vie norvégien

    L’éducation va avec le style de vie et la culture norvégienne. Les adultes travaillent généralement de 8h à 16h et guère plus tard, même quand ils occupent des postes de direction. Comme, en plus, ils habitent souvent tout près de leur lieu de travail, les familles passent beaucoup de temps ensemble. Le congé maternité dure douze mois, et il est pris, au choix, par la mère ou par le père, qui, de son côté, a droit à cinq semaines en plus. L’école ne commence qu’à six ans (avant, c’est la crèche) et les enfants sont très souvent dehors, même quand il fait grand froid. Ils font la sieste dehors, même en hiver !

    Trois grandes différences éducatives entre la France et la Norvège

    En Norvège, on ne voit jamais qui que ce soit lever la main sur les enfants. Ça ne viendrait à l’idée de personne !

    Peu d’interdits

    Si ce ne sont pas les menaces qui arrêtent les enfants, ce ne sont pas non plus les interdits. Dans ce pays à la nature relativement préservée, les petits apprennent beaucoup par l’expérience. D’ailleurs, Sigrid est toujours frappée par ce mot « attention », qui revient si souvent dans la bouche des parents français. Un mot qu’elle n’emploie presque jamais avec ses deux jumelles. Ses filles savent nager (elles ont sept ans), elles vont et viennent, en été, dans la piscine familiale qui n’est pas sécurisée et Sigrid ne s’inquiète pas. Elle peut les voir évoluer de loin, quand elle est sur sa terrasse. Et il en va de même pour à peu près tout chez elle.

    Si elle était davantage derrière ses enfants, elle craindrait qu’ils n’apprennent pas à faire la différence entre ce qui est dangereux, et ce qui ne l’est pas vraiment. Chez elle, il y a donc très peu d’interdits. Et comme ils sont rares, ses filles ne les transgressent pas.

    Maud et Carla, liberté des enfants en Norvège pour Parents à Parents

    Un vrai respect, qui n’est pas qu’une façade

    Enfin, en Norvège, les enfants sont pris au sérieux. On les écoute vraiment. Sigrid regrette souvent le manque de considération porté aux enfants en France : ces dessins qu’on ne regarde pas vraiment, ces paroles qu’on n’écoute guère davantage, ces propos auxquels on n’apporte si peu de crédit.

    Je la comprends, il y a peu de temps, une animatrice de centre de loisirs me bloquait le passage. J’ai du lui demander trois fois de me laisser passer avant qu’elle finisse par me répondre « Oh pardon, je croyais que c’était un enfant ». J’étais choquée : ça ne la gênait donc pas, que les enfants ne puissent pas évoluer entre les pièces qui leur étaient dédiées parce qu’elle avait décidé de se poster là pour discuter, mais pour un adulte, elle pouvait donc se déplacer ?

    La limite de l’éducation norvégienne, pour Sigrid, cela dit, c’est que tout est longuement discuté avec les enfants. En retournant dans son pays, la jeune maman francophone a l’impression que les parents se lancent dans des explications sans fin pour justifier toutes leurs décisions. L’avantage de vivre entre deux pays, entre deux cultures, c’est de pouvoir choisir librement ce qui nous convient vraiment !

     

    Sigrid, Maud et Carla pour Parents à ParentsTunique Maud et Carla pour Parents à ParentsSigrid a créé la boutique en ligne « Maud et Carla », où elle vend des vêtements aussi beaux que confortables, qu’elle confectionne elle-même du début à la fin. De l’alliance du grand Nord et de la Méditerranée, de la rencontre des cultures, notre amie norvégienne a tiré un style bien à elle.

    Ses beaux tissus sont également à vendre sur la boutique « Liberty me fabrics » .

    J’aime énormément sa dernière trouvaille : Sigrid nous propose des patrons sur mesure, qu’elle prépare pour nous, qui nous permettent de réaliser nous-mêmes les vêtements de nos rêves. En bonus, elle répond à toutes nos questions pour que nos réalisations soient aussi belles que les siennes (ou presque) !

     

    Illustration à la une : Leandro Lamas

    Photos : Sigrid Westvik

    16 Oct
    16 Oct

Nous répondons au plus vite, en général sous 24h.

Merci de nous avoir contacté, à très bientôt !

Enter a Name

Enter a valid Email

Message cannot be empty