Ma seule règle c’est l’amour

  • Comment éduquer, élever nos enfants, comment les accompagner dans la vie, sur quelle base développer nos relations ? Y a-t-il une règle qui vaudrait pour tout, tout le temps, qui pourrait nous éviter des centaines d’heures de lecture et d’intenses élucubrations intellectuelles ? Je crois que oui.

    Il n’y a peut être rien qui nous mette autant « au travail » que la naissance de nos enfants, ces petits êtres qui nous sont à la fois « si loin et si proche », chair de notre chair dont l’identité semble nous échapper.

    Noémie, jeune maman de 24 ans, me le disait tout à l’heure : « la naissance de ma fille a tout changé. Depuis qu’elle est là, je ne vois plus la vie pareil. Je ne peux plus voir un film d’horreur, je ne veux plus prendre autant de risques pour moi et je ne supporte plus mon métier (elle est policière). Je n’aurais jamais imaginé tout ça avant son arrivée ». Un tel volte face de nos préférences peut nous désarçonner au point qu’il est possible que nous ayons encore plus de mal à nous faire confiance, dans la mesure où d’un certain point de vue, nous ne nous reconnaissons plus vraiment.

    Où trouver les réponses ?

    l'arbre de vie Gioia Albano pour Parents à ParentsComme vous sans doute, j’ai lu des livres pour savoir comment me comporter avec mes enfants, comment réagir à telle ou telle situation et puiser des idées nouvelles.

    Comme vous sans doute, j’ai douté, je me suis demandée comment faire avec ces bébés qui me réveillaient la nuit, avec cet enfant qui avait si peu d’appétit quelquefois, j’ai cherché à savoir comment aider mes filles, souvent si complices, à ne pas se crêper le chignon, comment aider mon fils à traverser ses colères, comment aider ma fille à accepter de lâcher les petites roues du vélo ou d‘apprendre à lire,…

    Alors que mon aînée va avoir sept ans, je me rends compte que la seule règle qui ait vraiment fonctionné chez nous, c’est l’amour. L’impératif d’amour, le faire passer en premier. C’est là où la maternité m’a le plus transformée : elle m’a rendue plus proche de moi, plus sûre de mes intuitions, et plus à l’écoute de mon cœur. J’ai vu des médecins se tromper, j’ai vu des amis me raconter des balivernes sur mes enfants. Mais je n’ai jamais entendu ma petite voix intérieure me duper.

    Les réponses n’ont jamais été dehors, elles sont toutes dedans.
    Mais comme vous j’ai parfois besoin de passer par l’extérieur pour retrouver le chemin vers moi-même, que j’avais un peu perdu en n’apprenant pas à faire confiance à mes émotions et à mes intuitions.

     

    Les livres, au fond, n’ont servi qu’à me conforter quand ils abondaient dans mon sens pour rassurer mon cerveau qui avait du mal à accepter mes intuitions, ce qui n’est pas rien, mais qui n’est pas tout non plus.

    Les réponses n’ont jamais été au dehors, elles sont toutes au dedans. Mais comme vous j’ai parfois besoin de passer par l’extérieur pour retrouver le chemin vers moi-même, que j’avais un peu perdu en n’apprenant pas à faire confiance à mes émotions et à mes intuitions.

    Suivre son cœur

    Comme vous pHarmonie mere bébé Gioia Albano pour Parents à Parentseut être, je doute quinze fois par jour et je me trompe souvent quand je réagis aux sirènes de ces idées toutes faites qui me traversent l’esprit (« il faut absolument qu’un enfant mange ceci et cela chaque jour trois fois par jour » ; « ces colères ne sont pas normales, il faut les faire taire »), mais à chaque fois que je me mets dans mes meilleures dispositions d’amour et qu’alors, je suis l’élan de mon cœur, je ne fais jamais de mauvais choix.

    Faire passer l’amour en premier, ce n’est pas, pour moi, tout accepter, tendre la joue droite quand on s’est fait gifler la gauche. C’est prendre le point de vue de l’amour, c’est voir plus loin que le bout de mon nez et de mon émotion de l’instant pour aller vers ce que je veux vraiment. C’est me reconnecter à tout l’amour que j’ai pour mes enfants et mon mari avant de leur adresser la parole. Et c’est fou comme ça marche, comme le message passe, comme les solutions s’imposent d’elles-mêmes.

    Vous vous direz peut être qu’il n’est pas si simple de distinguer, en nous, la petite voix de la pensée toute faite du mental. Ça m’a longtemps posé question, mais finalement je crois que c’est relativement simple : ma petite voix est douce et légère, elle ne rabâche pas, elle met en joie et elle laisse sur son passage une belle sensation de liberté. La voix de mon mental se répète, elle se nourrit des peurs et des expériences passées. Mais elle a des choses à dire, alors souvent, je laisse les deux se parler. Le processus prend très peu de temps : en quelques secondes c’est plié et j’accepte de suivre mon cœur… ou je prends la liberté de faire autrement.

     

     Ne soyez pas ferme, soyez vrai

    Ce que j’aime aussi, avec cette manière de voir le monde, c’est qu’elle nous libère. Je suis toujours mal à l’aise quand je lis dans les livres « là, soyez fermes ».

    l’amour est mon seul maître, parce qu’il suscite toujours le meilleur et me comble de joie

    Rester ferme (fermé?) sur une position quelle que soit la situation, par principe, alors qu’on n’y croit pas vraiment, quel sens ça a ? Si une attitude nous semble juste et bonne, nous la tiendrons forcément, sans avoir besoin de nous l’imposer, de nous y arc-bouter, de nous la répéter. Si nous avons besoin d’user de fermeté, c’est peut être qu’au fond, nous n’y croyons pas vraiment. Nous avons envie que la situation actuelle change, mais une part de nous doute un peu, voire beaucoup que cette pratique là soit la bonne. Car c’est la technique d’un autre que nous essayons. Nos enfants ne sont pas idiots, ils sont même bigrement lucides. Pas moyen de les duper. Le parent, c’est nous, ce n’est pas le pédiatre, la tante, la voisine ou la grand-mère, ce n’est pas l’auteur de ce livre qui ne vous a jamais vu et ne vous verra sans doute jamais. Le parent c’est nous, et la relation c’est tout de suite, ici et maintenant. C’est pour ça que l’amour est mon seul maître, parce qu’il suscite toujours le meilleur et me comble de joie. Car oui, le seul indicateur qui vaille, sur la qualité de nos relations, c’est la joie !

    Que cette journée vous soit, à tous, très très bonne et douce ….

    illustrations : Gioia Albano

    27 Nov
    27 Nov

Nous répondons au plus vite, en général sous 24h.

Merci de nous avoir contacté, à très bientôt !

Enter a Name

Enter a valid Email

Message cannot be empty